• Réflexions sur le déconfinement

    Réflexions sur le déconfinement consulte régulièrement quelques blogs et vous invite à partager aujourd'hui les productions de trois d'entre eux qui méritent un peu d'attention.

    Réflexions de Bellzouzou, instit en maternelle (Chez Bellzouzou)

    - Attendu que je dois faire se laver les mains à mes élèves à leur arrivée à l'école puis juste avant leur entrée en classe, avant et après le passage aux toilettes, avant et après la récré, après qu'ils se sont gratté le nez, les yeux, les oreilles, les fesses, les verrues, les pustules, après qu'ils se sont mouchés, qu'ils ont toussé, éternué, après qu'ils ont manipulé un objet, pire encore: un objet possiblement contaminé, après qu'ils ont donné la main à un autre, pire encore: à un autre qui avait les mains sales, après qu'ils ont mis les mains à la pâte, dans les poches, dans le cambouis, et avant leur départ à la maison,
    - Attendu également que je n'ai pas de point d'eau dans ma classe,
    je me demande très sérieusement s'il ne vaudrait pas mieux faire classe directement dans les chiottes) (?)
     
     
    L'indispensable Nathalie Jomard (Grumeautique) nous dévoile la vraie efficacité du masque...
     

    Réflexions sur le déconfinement

    Réflexions sur le déconfinement

    Bon... après... il ne faut pas exclure dans les jours qui viennent l'apparition fort opportune d'une obscure étude affirmant que les masques maison réalisés avec de vieux rognons de serpillières en bambou équitable ou des chutes d'antiques slips troués en coton bio soient tout aussi efficaces que les masques chirurgicaux ou FFP2.
    Étude bénie qui nous permettra d'aller redresser la FrOnce l'esprit tranquille.
     
     
    Un article pointu de Baptiste Beaulieu, médecin (Alors voilà), un peu long mais qui a pour mérite de bien cerner le problème de la recherche médicale avec quelques illustrations humoristiques pour détendre un peu l'atmosphère tout en restant sérieux...
     

    Coucou à toutes et tous,
    Aujourd’hui on parle pistes thérapeutiques et espérance!
    Gardez à l’esprit que tout ce qui suit sont des hypothèses, des conjectures, des promesses.


    Les anti-viraux :

    Première petite mauvaise nouvelle, l’étude visant à l’association de Lopanivir & Ritonavir (deux anti-viraux utilisés de longue date dans le traitement du VIH), piste thérapeutique prometteuse, et privilégiée par l’INSERM (qui avait rejeté le Chloroquine) a échoué à démontrer une efficacité.
    Est-ce à dire que tous les antiviraux sont inefficaces ? Sûrement pas.


    Les anti-protéine S :

    Le but d’un virus est de pénétrer dans nos cellules pour se reproduire le plus possible.
    Le Coronavirus se fixe à nos cellules via une protéine qui s’appelle la protéine S.
    Le hrsACE2 est un médicament prometteur qui n’inhibe pas cette fixation mais détourne le Coronavirus en ayant une meilleure affinité avec lui que le virus n’en n’a avec nos cellules (c’est pas clair du tout j’ai l’impression). L’équipe de scientifiques canadiens explique que cette molécule permet de diminuer la reproduction virale, et donc la charge virale (et donc les effets sur le corps du patient) en agissant comme un leurre.
    Big up à l’équipe canadienne !


    El Famoso BCG

    Vous souvenez-vous du vaccin antituberculeux qui nous a tous laissé une cicatrice dégueulasse sur le bras ?
    C’est aussi une piste prometteuse. Aucun rapport avec le Coronavírus a priori, mais l’équipe de scientifiques australienne explique que le vaccin antituberculeux a tendance à stimuler l’immunité innée, il serait donc un potentiel candidat pour nous aider à lutter dès le premier contact avec le virus.
    Remercions l’équipe australienne qui est sur le coup !


    Autre piste : Le plasma !

    Le plasma, c’est le sang sans les globules rouges.
    Ce liquide, chez les patients qui ont été contaminés et qui ont guéri du Coronavirus, il serait riche en anticorps.
    En le transférant à des patients malades, on gagne du temps sur le développement de leur propre immunité, en leur refilant l’immunité de quelqu’un d’autre.
    Reste à savoir si l’immunité contractée après avoir guéri du Coronavirus est profonde, durable, et protectrice.
    Pensée pour l’équipe américaine qui se penche sur le sujet !


    Ptdr, j’ai lâché la rampe là…

    L’association hydroxy-chloroquine azithromycine.
    Les premiers résultats ne sont guère encourageants, et le remède pourrait être pire que le mal :
    https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.16.20065920v1

    Est-ce à dire que le professeur Raoult a fait perdre du temps à tout le monde, et mis en danger des milliers de patients à travers le monde en basant ses affirmations sur ses propres études publiées dans le journal scientifique de son propre institut sans relecture critique par des pairs, et dont la méthodologie est -disons le franchement- inexistante ?


    Il existe encore d’autres pistes à explorer par d’autres équipes :

    La perturbation du cycle de reproduction à ARN viral du virus, les anti parasitaires (eh oui, Mais pour le moment leur action est démontrée in vitro et pas in vivo) les anticorps neutralisants (grosse flemme de m’y pencher ce matin).
    L’important c’est que nous gardions à l’esprit que pour une fois, l’économie et la recherche scientifique ont le même intérêt, et que nous sommes en train de faire des bonds de géant en matière de recherche Vérologique.
    (J’avais dicté virologique, mais ça a écrit Vérologique, je trouve ça incroyable. La vie nous réserve tant de surprises !)
    Remercions donc l’équipe française :


    Quand l’économie de marché est menacée, elle sait trouver et récompenser les personnes qui pourraient la remettre sur pied. Son intérêt pour la science est vite convaincu, les motifs viennent tout seuls.

    Bonne journée à toutes et tous.
    On va y arriver ! C’est long, c’est difficile, mais on va y arriver ! On va y arriver !


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter