• Vous n'y croyiez plus, hein ?

    Mais si, tout arrive...
    Souvenez-vous c'était l'an dernier -----> ici

    Dudu vous avait dévoilé une part de solution -----> ici
    Mais bien sûr, vous vous languissiez de connaître la fin des explications.

    Ben, la v'la... Chose promise, chose (Du)due...

    Tout d'abord, ceci :

    Chinlon - Phis - Kyats...

    une balle de chinlon

    Mais, nous direz-vous kesse que le chinlon ?
    C'est le sport national birman qui se joue au pied à l’aide d’une balle de rotin tressé de 12 cm de diamètre. Chinlon signifie littéralement "panier arrondi" en birman.
    Le chinlon se pratique de deux façons.

    La première est plutôt un exercice de jonglage, genre "jongle foot" mais très codifié.

    Six joueurs forment un cercle de sept mètres de circonférence. Chaque joueur doit maintenir la balle en l’air en utilisant une série de trente positions qui mobilisent six surfaces du pied et de la jambe. La partie dure 5 minutes. Un bon coup de pied marque « un point » et des pénalités sanctionnent le tomber de balle et l’utilisation des surfaces interdites du pied.
    Illustration visuelle par, d'une part des amateurs dans la rue et d'autre part par des joueurs plus "professionnels".

    Deuxième façon de pratiquer le chinlon :

    Cette variante se joue avec un filet et utilise les règles du volley-ball. Seuls les pieds et la tête sont autorisés.

     

    Image suivante :

    Chinlon - Phis - Kyats...

    une paire de phis

    Les phis sont au Laos ce que les nats sont à la Birmanie...
    Ça vous fait une belle jambe, hein ?
     Chinlon - Phis - Kyats... va être plus explicite :

    la grande particularité du Laos est de faire cohabiter le bouddhisme avec des pratiques animistes omniprésentes. Tous les Laotiens, même ceux qui ont fait des études en Occident, croient aux phis (prononcer « pi »). Ce mot signifie à la fois « esprit », « âme », « fantôme » et « revenant ».
    En théorie, cette croyance est mal vue par le régime. En principe, il suffit de construire une sorte de petit autel où l'on apporte de la nourriture pour que les phis se tiennent tranquilles. C'est, en quelque sorte, leur « maison ».
    Chaque village, mais aussi chaque province, le pays lui-même, possède ses génies protecteurs, les lokapâlas, tellement enracinés qu'ils sont même reconnus et célébrés par le bouddhisme. Généralement nocturnes, leurs apparitions peuvent prendre une forme animale.
    A la différence des nats birmans, rares sont les représentations des phis. Dudu a déniché ceux-ci au fin fond d'une boutique de souvenirs où ils ne semblaient intéresser personne...

    Suite plus tard, les nats et les kyats...

     


    votre commentaire
  • Près de Cancun au Mexique, plus connu pour ses plages que pour sa culture maya, se trouve le parc d'aventures de Xcaret.
    A Xcaret, le touriste peut pratiquer la plongée, descendre la rivière souterraine sur une bouée, visiter la forêt tropicale et interagir avec la faune locale, bref pratiquer les activités dignes de tout bon parc d'attractions.

    Mais Xcaret est aussi une destination culturelle consacrée au Mexique et plus particulièrement à la civilisation maya. Ainsi, le soir, un spectacle propose un parcours mêlant danses, sons et lumières qui retrace l’histoire du Mexique à travers sa musique, ses costumes et ses traditions. Des comédiens mettent en scène l’histoire des Mayas et de la conquête, le jeu de balle et des danses folkloriques.
    Xcaret propose aux visiteurs d’être témoins de cérémonies ancestrales et de quelques-unes des traditions les plus mystiques du Mexique tel que le rituel des Voladores de Papantla ou les fêtes du Jour des Morts et de savourer également les délices de la cuisine mexicaine.

     

    Enfin, et c'est là que ça commence à nous intéresser ici, Cimetière maya de Xcaret au Mexique , Xcaret est installé autour d'un cimetière maya en forme de cône et composé de sept niveaux comprenant 365 tombes différentes représentant les jours de la semaine et de l'année.

    Un diaporama et une courte vidéo vous donnent une idée de ce cimetière pas comme les autres :

    (Cliquer sur une vue pour passer à la suivante)

    Documentation pour cet article trouvée notamment sur le site visitmexico (lien -----> ici)


    votre commentaire
  • Pour finir l'année avec le sourire, les brèves de prétoire 2017 d'après le journal La Voix du Nord...

    http://archives.nicematin.com/media_nicematin/imagecache/article-taille-normale-nm/image/ouch/2014/12/25/48c3d3b4a328658943575c266be01b1b.jpg

    Du tac au tac

    Didactique

    Le prévenu : «  J’ai bien vu une voiture mais je ne savais pas que c’était la police.  »
    Le président : «  Pas besoin d’avoir son permis pour savoir qu’une voiture qui fait pin-pon avec un gyrophare sur le toit, si elle est rouge c’est les pompiers, si elle est blanche c’est la police.  »

    Pragmatique

    Le président : «  En détention vous ne suivez pas de formation ? Vous ne travaillez pas ?  »
    Le prévenu : «  À quoi ça sert de faire des choses qui ne serviront pas à l’extérieur ?  »

    Soulagé

    Le président : «  Vous rouliez avec plus de deux grammes d’alcool dans le sang…  »
    Le prévenu : «  Et je suis très content de ne pas avoir eu d’accident.  »

    http://www.letelegramme.fr/ar/imgproxy.php/images/2017/03/23/alcool-sorties-de-route-au-tribunal_3345247.jpg?article=20170323-1011446021&aaaammjj=20170323

    Divin

    Le prévenu : «  J’ai vu la voiture ouverte et une sacoche dedans. Je me suis dit c’est un don de Dieu.  »
    Le président : «  Ici on appelle ça un vol.  »

    Prévoyant

    Le président : «  Vous rouliez tous feux éteints…  »
    Le prévenu : «  Pour ne pas me faire repérer, je n’ai plus mon permis.  »

    Étourdi

    Le président : «  Pourquoi avoir volé un écran d’ordinateur ?  »
    Le prévenu : «  Parce que je croyais que c’était une télé.  »

    Accommodant

    Le président : «  Vous voulez être jugé aujourd’hui ?
    Le prévenu : «  Pourquoi pas, puisque vous êtes là…  »

    Bon garçon

    Le président : «  Vous avez un mérite, c’est celui de la franchise !  »
    Le prévenu : «  Si je mentais, ça ferait du mal à ma mère.  »

    Instantanés d’audience

    Quiproquo

    Le président : «  Si vous buvez chez vous, vous n’irez pas au tribunal. Vous comprenez ?  »
    Le prévenu : «   » (Silence)
    Le président : «  Mais là, c’est comme si vous aviez une arme entre les mains…  »
    Le prévenu : «  Je vous arrête. Vous devez vous tromper de dossier. Moi je suis juste ici pour de l’alcool au volant.  »

    Moteur

    Le prévenu : «  J’ai déjà travaillé. C’était avec mon père, on démontait des voitures…  »
    Le président : «  Il est garagiste votre père ?  »
    Le prévenu : «  Non il est en prison.  »

    Brèves de prétoire

    Histoires de stups

    « Je lui ai amené du shit pour son anniversaire. C’est pas facile de faire entrer une bouteille de Champagne en prison. »

    « J’ai accepté de transporter la drogue pour acheter des extensions capillaires à ma copine. »

    « J’habite dans un quartier pauvre. Alors, il y a de l’argent facile à tous les coins de rue. »

    « Je suis un gros consommateur. Si je travaillais, je dirais que ça me coûterait au moins la moitié de mon salaire. »

    Violence conjugale

    « On n’est pas vraiment séparés. C’est juste pour mettre de l’eau dans le vin. »

    « Elle m’a dit que j’avais trois poils sous le menton. C’est une insulte qui m’a percé le mental. »

    « Elle m’a flashé du regard. Ces femmes allumeuses, ce sont des sorcières bien aimées. »

    « Ma femme me le dit toujours. Mon problème c’est que je ne sais pas boire. »

    http://fosses2475.f.o.pic.centerblog.net/21103cee.jpg

    Vol à la roulotte

    « J’ai toujours sur moi un brise-vitre pour porter secours en cas d’accident. »

    « Même s’il y a mes empreintes dans la voiture, ce n’est pas forcément moi. On se croise entre voleurs. »

    Apologie du terrorisme

    « J’ai pas dit «allahu akbar». Ils ont mal entendu, j’ai dit «aïe j’ai mal au bras»  ».

    « Si j’ai écrit sur Facebook, «ce soir il y aura un attentat», c’était juste en rapport avec la date du vendredi 13, je voulais faire une mauvaise blague ».

    Cambriolage

    « On a trouvé mes empreintes mais ce n’est pas moi qui ai cassé la vitre. Comme j’étais à l’intérieur, j’ai ouvert la fenêtre pour partir. »

    « Je n’ai rien fait. On était cinq. Je suis entré le dernier, il n’y avait plus rien à voler. »

    Mots d’esprit

    « Monsieur le président, vous devez dire toute la vérité. Cet homme que j’ai frappé, il n’était pas en train d’attendre le métro comme vous dites, mais en train de s’embrouiller avec une prostituée. »

    « Je vous demande de m’incarcérer pour une période de six mois. Après on arrive vite à Noël… »

    « Dans un quartier comme la Bourgogne, Monsieur le président, trouver un coffre-fort dans la rue, ça n’a rien d’étonnant. »

    « Je comprends que Madame le procureur veuille me mettre en prison. À sa place, j’aurais fait pareil. »

    http://www.village-justice.com/postcard/images/ditesle.jpg

     


    votre commentaire